Accueil > Actus > L’interview de Toufik Mekhalfi, jeune joueur de squash du CREPS PACA – Aix en Provence

L’interview de Toufik Mekhalfi, jeune joueur de squash du CREPS PACA – Aix en Provence

 / Divers + Interviews

Récemment médaillé de bronze aux Championnat d’Europe U19, Toufik Mekhalfi est un grand espoir du squash français. Pensionnaire du CREPS PACA – Aix en Provence, il a accepté de répondre pour le Réseau Grand INSEP à quelques questions sur son expérience de jeune sportif de haut niveau. 

Peux-tu te présenter et présenter ta discipline ? 

Je m’appelle Toufik Mekhalfi, j’ai 17 ans et je suis en 1ère ES. Je suis licencié au Montpellier 5R. Je suis encadré à l’entraînement par Renan Lavigne et Yann Menegaux, avec en coach adjoint Yann Perrin.

Pour ce qui est de ma discipline, le squash, c’est un sport de raquette qui se joue sur un terrain entièrement entouré de murs. Mon sport consiste à frapper une balle noire en caoutchouc de façon à ce que  l’adversaire ne puisse pas la reprendre. Le but, c’est donc d’éloigner le plus possible le joueur adverse du « T » central. Sur le terrain, on se partage la même surface de jeu en attaque comme en défense. 

Je pense pour ma part que les qualités essentielles dans le squash sont la rapidité, l’intelligence, le physique. Egalement, le mental qui joue un rôle majeur dans ce sport car les joueurs sont sans cesse dans l’adversité…

Comment t’est venue la passion du squash ? 

J’ai commencé le squash assez tôt : j’ai commencé à jouer à l’âge de 4 ans. Cette passion m’a été transmise par ma sœur qui jouait également au squash à haut niveau. J’ai commencé par le « baby squash » avant d’arriver au squash. Ensuite, je dirais que cette volonté de compétition m’est venue par mon caractère : j’aime être en compétition et donner le meilleure de moi-même.

Comment se passe la vie d’un jeune sportif qui doit mener à bien un double – projet ? 

Le rythme d’un jeune sportif de haut niveau est un rythme très chargé car nous n’avons que très peu de temps libre avec l’enchaînement des cours et des entraînements.Pour moi, en tant que sportif pensionnaire du CREPS PACA, le rythme de vie est intense : généralement, nous avons les cours au lycée le matin, de 8 heures à 12 heures. L’après midi est consacrée à l’entraînement physique et technique, trois heures de 14 heures 30 à 17 heures 30. Après l’entraînement, le dîner se fait aux alentours de 19 heures. La journée n’est ensuite pas terminée puisque nous avons l’étude de 20 heures 15 à 21 heures 45. C’est uniquement après cela qu’on peut regagner notre lit !

Récemment, tu as été médaillé de bronze au Championnat d’Europe. Quel a été ton ressenti ? 

Après ma troisième place au championnat d’Europe j’étais content de ma performance durant le tournoi. Cela restera un très bon souvenir. Mais je dois dire qu’après le tournoi, je me suis directement remis au travail pour que l’année prochaine cette médaille soit en or.

Quel est ton meilleur souvenir depuis que tu pratiques ta discipline ? 

Je dirais que le meilleur souvenir que j’ai vécu depuis que je fais du squash, c’est toute l’aventure que j’ai vécue lorsque j’ai été ambassadeur au Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires. J’ai vécu des moments inoubliables, qui resteront gravés dans ma mémoire pour toujours. Mes meilleurs souvenirs de cette aventure aux Jeux Olympiques de la Jeunesse ? Je dirais que c’était lors de la cérémonie d’ouverture et de fermeture… Tout était magnifique, ces événements étaient vraiment magnifiques.

Malgré tout, le squash est un sport qui reste peu médiatisé… 

En effet, c’est vrai que le squash est peu médiatisé. Cela dit, ça reste accessible car nous avons  la chance que les plus grands tournois soient retransmis sur une chaîne privée appelée Squash TV. C’est une chaîne qui diffuse et rediffuse à la perfection les matches. Cela montre qu’il y a un intérêt pour ce sport et cela pourrait créer un réel engouement pour le squash. L’image du sport se construit  principalement par ces médias…

Comment as-tu vécu le fait que le squash ne soit pas retenu pour Paris 2024 ?

La non sélection du Squash au Jeux Olympiques de Paris 2024 a été une nouvelle qui, pour tous les squasheurs, a été très dure à apprendre et à digérer. On rêve tous de pouvoir un jour goûter au monde Olympique…

Tu es très actif sur les réseaux. C’est important pour toi ? 

C’est vrai que je suis assez actif sur les réseaux. C’est important pour moi car ça me permet de transmettre mes résultats sportifs aux personnes qui s’intéressent au sport et qui me suivent. Être actif sur les réseaux sociaux, c’est aussi le moyen de montrer aux gens à quel point ma passion est importante pour moi.

Quelles sont les prochaines échéances importantes pour toi ?

Les prochaines échéances sportives importantes pour moi seront d’abord fin mai avec ce qu’on appelle un 30 000 dollars, qui est un tournoi professionnel où seront présents des joueurs du monde entier. Suite à ce tournoi, la principale échéance sera le Championnat du Monde U19 en Malaisie qui se déroulera entre la fin du mois de juillet et le début du mois d’août.

Quels sont tes objectifs au sein du double – projet ? 

Sur le long terme, mes objectifs sportifs sont de faire partie du Top 10 mondial et de devenir champion du monde. Pour le projet scolaire, pour l’instant c’est un peu flou… J’aimerais pouvoir exercer un métier qui reste dans le domaine sportif mais je ne sais pas encore lequel.

 

  • Partager
Crunch ! Ce site utilise des cookies ! En fermant cette fenêtre, vous acceptez les cookies sur votre appareil.En savoir plusFermer